Un territoire occupé toute la Grande Guerre

Les Ardennes, au coeur de la guerre
L’armée allemande pénètre dans le département des Ardennes le 21 août 1914 après l’invasion de la Belgique. Les Ardennes, l’Allemagne et la guerre, c’est déjà une vieille histoire, si l’on ose dire : trente-quatre ans auparavant, presque jour pour jour, la bataille de Sedan a mis fi n à la guerre de 1870. Dès le lendemain, le 2 septembre, la France capitule face à l’ennemi prussien. 
En juillet 1918, les Allemands sont repoussés jusque dans les Ardennes, jusqu’aux ultimes combats des 10 et 11 novembre, date de l’Armistice. 

La dernière victime officielle
Le département des Ardennes a aussi été marqué dans sa chair comme dans sa terre ; c’est d’ailleurs le nom d’un soldat tombé sur son territoire, Augustin Trébuchon, tué d’une balle dans la tête le 11 novembre 1918 entre 10h45 et 10h55 du matin, à quelques minutes du cessez-le-feu, que l’histoire retiendra comme dernière victime officielle de la Première Guerre Mondiale. On peut voir sa sépulture au cimetière communal de Vrigne- Meuse, dans les Ardennes, où il est tombé.

152 mois d’occupation
Les Ardennes sont aussi le seul département à avoir été occupé durant toute la Grande Guerre, soit cinquante-deux mois passés sous le joug ennemi. L’armée allemande choisira d’ailleurs Charleville pour installer son état-major et son grand quartier général, tandis que l’empereur Guillaume II de Prusse établira sa résidence à Mézières. C’est de la préfecture ardennaise que seront notamment commandées les opérations sur Verdun et sur le Chemin des Dames.

Un livre à découvrir : Circuits de Mémoire
Office de Tourisme du Pays Sedanais
60 pages
Une première partie consacrée au rappel des évènements et des lieux suivi par une seconde partie présentant 5 circuits de découverte (pédestres, cyclistes ou motorisés) qui vous conduiront vers d’autres lieux ou sites de mémoires en terre ardennaise.

www.tourisme-sedan.fr