Un département très touché par la Première Guerre Mondiale

Les batailles de la Marne
Le 4 septembre 1914, les Allemands sont dans Reims et menacent la capitale. Un mois plus tard, c’est à Jonchery-sur-Vesle, près de Reims, que se déroule le premier duel aérien du conflit lors duquel le biplace français abat le biplace allemand.
La Marne va donner son nom à deux batailles. En septembre 1914, la première bataille de la Marne se solde par une victoire française. Mais très vite les combats s’enlisent. A la guerre de mouvement succède la guerre de position. De part et d’autre, les belligérants se terrent dans des tranchées dont ils ne sortent que pour des assauts sporadiques et meurtriers. Cette ligne de front ininterrompue de 700 kilomètres balafre la Marne sur toute sa longueur dont les cicatrices sont encore visibles aujourd’hui. La seconde bataille de la Marne a lieu en juillet 1918 avec la percée décisive des Alliés signant ainsi le début de la fin pour l’envahisseur. 

Un lourd tribut à payer
Le département de la Marne est l’un de ceux qui ont subi les plus graves dommages. La ville de Reims, rasée à 80 %, et sa cathédrale martyre, restent ainsi le puissant symbole des tortures endurées. 

 

Un livre à découvrir : Traces de la Guerre 14-18 dans la Marne
Michel Jolyot
176 pages
Vues aériennes de cimetières militaires, mais aussi vues au sol des nécropoles françaises, allemandes, britanniques, russes, italiennes, polonaises, des ruines de villages disparus, de la mise à jour des tranchées de la main de Massiges, bunkers et postes d’observation, batteries d’artillerie, hôpitaux militaires et camps qui subsistent, souvent cachés au milieu des bois, monuments aux morts, vitraux commémoratifs… sont les témoignages poignants de celle qui devait être la der des der.

www.jolyot.com