SITE ARCHEOLOGIQUE LES CRASSEES - SAINT-DIZIER

à Saint-Dizier

champagne 52 saint dizier vestiges merovingiens 66.
saint dizier 52 site archeologique les crassees 1.
champagne 52 saint dizier vestiges site des crassees fouilles archeo phl 8583.
  • Situé à proximité de la zone commerciale du Chêne Saint-Amand, le site archéologique des Crassées est constitué d’une nécropole et d’une villa gallo-romaine. Le site a été découvert par hasard, en 1856, par deux maîtres de Forges. En effet, les deux hommes ont repéré une petite chambre pavée de briques et ont également recueilli des monnaies, des objets fabriqués en os et des fragments de plusieurs roches. Les premières fouilles ont été entreprises en 1902, par que le docteur Chaussinaud, directeur de l’asile des aliénés de Saint-Dizier et féru d’archéologie gallo-romaine. C’est au cours de ces fouilles d’exploration que la présence de la villa est décelée.

    Par crainte de voir détruits ces vestiges, dans le cadre de la construction du canal d’amenée au Lac du Der, Louis Lepage, archéologue très prolifique en Haute-Marne des années 60 à 90, consacre six années à fouiller le site, dès 1964. En appliquant les nouvelles méthodes scientifiques de l’archéologie, il fouille chaque salle, couche par couche, dresse un plan architectural de toutes les maçonneries conservées (murs, sols), et remet chaque année au Ministère de la Culture un rapport détaillé dans lequel tous les objets découverts sont dessinés. Au terme de six campagnes, il parvient à déterminer que le site fut occupé du Ier au IVe siècle de notre ère.

    Avec la découverte, en 2002, du Trésors des chefs francs, les vestiges des Crassées ont pris un tout autre sens : pourquoi ces chefs habitent-ils ici, si près de l’ancienne villa gallo-romaine ? N’y aurait-il pas un lien entre eux ? Fouiller le chantier des Crassées devient alors une priorité pour la Ville de Saint-Dizier qui a mis en place, avec l’Inrap, des fouilles programmées, sous le contrôle du Ministère de la culture. Depuis, chaque été, accompagnés d’équipes de bénévoles et d’étudiants, ils fouillent sans relâche ce chantier pour tenter de comprendre sa relation historique avec le site des Tuileries.

    L’occupation funéraire des Crassées se révèle particulièrement longue (jusqu’au XIe siècle). Depuis 2012 ont été exhumées près de 900 sépultures (adultes et enfants) et plus de 430 tombes. Les fondations d’une petite église ainsi que les vestiges d’un secteur artisanal ont également été mis au jour. En 2015, la tombe d’un aristocrate, contemporain des chefs francs, est découverte. Son installation à l’écart des chefs francs interpelle les archéologues. Toutefois, sa localisation dans l’emprise de l’église pourrait être un début de piste…
Ouvertures
Périodes d'ouverture
  • Toute l'année
    * Sur demande et pendant les Journées Nationales de l'Archéologie.